Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

les maris cocoonés des années 50

les maris cocoonés des années 50

NON MAIS !...

Mes yeux sont tombés sous cet article paru dans les années 50 dans un "petit écho de la mode".

Les ligues féministes n'existaient pas, il y avait bien une avant-gardiste de temps en temps qui essayait de se faire entendre, mais l '"effrontée" était renvoyée bien vite à ses casseroles, à ses mômes et à son canevas. quand il n'y avait pas de chaussettes à repriser.

Lisez-moi ça, ..


les maris cocoonés des années 50

vous pouvez l'imprimer et le montrer aux copines car je vous en ai fait le pdf..

de quoi meubler la conversation au bureau, ou...en famille. vos (petites) filles vous diront "j"halluciiiiinnnne grave!"

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Pamina


Voir le profil de Pamina sur le portail Overblog

Commenter cet article

mamicol 21/05/2014 09:05

c'est ben vrai ça !..l le changement n'est pas encore pour tout le monde , j'ai une
amie qui est toujours au service complet de son mari .. avec l'âge il faut lâcher
non ?

pamina 23/05/2014 08:03

à un certain âge, je crois que c'est trop tard, le pli est pris non ?
mais certaines femmes n'ont peut- être pas d'autres centres d'intérêt dans la vie..

Casse-bonbec 18/05/2014 12:41

heureusement que les choses ont changé pour nous. Je pense à toutes ces femmes, de par le monde, qui sont encore asservies à l'homme (père ou mari) et parfois bien plus que nos mères et grands-mères l'ont été... en tout cas, moi je ne veux pas que "mon absence lui soit légère", je veux lui manquer !

pamina 19/05/2014 09:20

moi aussi je préfèrerais lui manquer. Effectivement, si on fait le tour du monde dans le domaine là, ce n'est pas un vide à combler, c'est le canal de Corinthe, c'est pas demain la veille qu'on verra toutes les femmes et les filles libérées, alors ici, ne nous plaignons pas trop..

mamazerty 18/05/2014 10:29

je rebondis sur ce qu'a dit Marie, les lois autorisaient de tels comportement et pire...ainsi en 1963, mon frère agé d e quelques mois a dû être hospitalisé d'urgence pour un cancer du rein, mais pas moyen de le faire hospitaliser sans l'autorisation signée du père,qui a dû faire des kms et des kms en solex pour arriver au plus vite....même alors qu'il était question d e vie ou de mort ma mère n'a pas été autorisée à donner son accord qui n'aurait pas suffi....
ceci dit....il y a 16 ans, je me suis fait ligaturer les trompes, en théorie j'aurais dû à cette époque (çà a peut être changé) faire signer mon compagnon (compagnon, hein, me^me pas mon mari) comme quoi il était informé de ma décision....le gynéco avait un peu honte d e devoir faire signer çà, il m'a juste demandé si j'étais d'accord pour signer à la place de monsieur....ah, les femmes et leur corps et les lois.....

pamina 19/05/2014 09:18

oui, les progrès sont très longs à naitre, il faut lutter contre les préjugés, et ce n'est pas une mince affaire, - préjugés familiaux, religieux etc.. la femme a fort à faire pour se libérer et prouver qu'elle peut très bien se passer d'un homme. Ah si j'étais née plus tard!!

chticaillou 16/05/2014 19:30

Hummmmmm ! j'aurais bien encore quelques copines dans ce genre .... Que j'ai fait hurler au scandale il y a quelques jours quand j'ai dit que non je ne faisais jamais la valise de mon homme ! Je ne suis pas sa mère, à lui de se débrouiller pour ne rien oublier ! Et vous ?? Vous faites les valises de vos hommes (ou femmes) ?
Dans le même genre je recommande la lecture du livre de cours d'Enseignement Ménager de Rudler et Saint-Paul édité chez Hatier (1933). quand j'ai un coup de blues sa lecture me remonte bien le moral ;-)

pamina 19/05/2014 09:16

une femme libérée en ce temps là était automatiquement une mauvaise mère et considérée comme une gourgandine. or les travaux ménagers point de salut. ah si! elle avait juste le droit d'aller à la messe le dimanche et d'aller saluer ses parents...à condition d'avoir raccommodé les chaussettes avant.

Claude A. 16/05/2014 07:37

En quelque sorte, si tu voulais te faire "pardonner" ton absence, il fallait travailler le double ou le triple du temps avant ton départ pour que son confort n'en soit pas diminué....... Cela n'aurait pas fonctionné chez nous, mon mari ne voit pas ce qui est préparé sou s son nez......... (rire !). Bisous

pamina 19/05/2014 09:21

oui, il fallait faire le double pour boucler le bec du grand mamamouchi. J'ai vu ma tante, préparer la tasse de thé de mon oncle avec son citron bien mis à sa droite, ses biscottes et tout le tintouin, j'avais 10 ans et cela me choquait déjà.!

catherinef 15/05/2014 07:45

trop drole, merci de nous en avoir fait profiter

pamina 15/05/2014 12:26

je recherche une pépite relevée un jour dans le courrier des lecteurs, une réponse tout bonnement scandaleuse à une femme qui était maltraitée par son mari. bonne journée

Véronique D 15/05/2014 06:43

Pauvre chou, "pour qu'il souffre moins de votre départ" [en vacances avec les enfants]... J'en ai lu de pas mal non plus dans le manuel de vie quotidienne du cours supérieur de jeunes filles... Avant 1914. Bonne journée!

pamina 15/05/2014 12:25

moi aussi cela m'a fait sursauter, "pour qu'il souffre moins de votre départ" tu parles; il a peut être dit " ouf enfin seul" hihi...pas tous, mais certains ont sûrement apprécié de ne plus avoir la femme et les gosses dans les pattes. bisous

marie 15/05/2014 00:11

Eh bien moi, j'y vois plus de gentillesse et de tendresse que de servitude. Ma mère agissait ainsi envers mon père. Mais de son côté mon père travaillait dur pour le bien être de sa famille. Il allait au travail tous les matins et en plus faisait les gros travaux pour rendre la maison plus confortable. C'était un partage des tâches généreux et dépourvu d'égoïsme.
Je pense que maintenant les femmes sont obsédées par la crainte d'en faire un peu plus et cela casse l'ambiance dans bien des couples. Résultat : amertume et divorce. Les femmes sont elles plus heureuses actuellement ?

pamina 15/05/2014 12:24

Bien sûr, il faut leur assurer du bien être, il n'est pas question de vivre chacun égoïstement de son côté, il faut que chacun se soucie du bonheur de l'autre, mais là, je trouve que cela va un peu trop loin, si "monsieur a eu la bonté de vous laisser partir avec les enfants.." peut être que Monsieur avait besoin d'"air" . Je ne sais pas si les femmes sont plus heureuses actuellement, mais, autour de moi, elles ont des activités extérieures, leurs maris aussi, et ce petit monde s'accorde à tour de rôle pour garder les enfants, ce n'est pas mal non plus..

gateuxrigolo 14/05/2014 21:10

he bien dit donc bisous

pamina 15/05/2014 12:20

je vois que tu en reste bouche bée..bisous

DM 14/05/2014 20:02

OOOOhh laala ... Je prends , je garde , j'envoie , je fais suivre ... Edifiant !!! On oublierait vite sinon ....

pamina 15/05/2014 12:19

j'en ai d'autres des pépites dans ce genre, j'en publierai de temps en temps. combien de femmes ont vécu comme cela, et ce n'est pas sûr que leur mari était reconnaissant, certains ont dû avoir envie d'aller voir ailleurs, devant une telle sollicitude

cinna 14/05/2014 19:56

waouh! c'est impressionnant! Certes mon mari est plutôt du genre à se laisser "cocooner" mais pas à ce point... Ce qui m'a le plus surpris c'est la phrase "votre mari a la gentillesse de vous laisser partir en vacances assez longtemps avec les enfants"!!! Ah! Y'a pas à dire, ils étaient vraiment trop gentils!!!

pamina 15/05/2014 12:17

ben oui, il n'allait pas, par dessus le marché, garder les enfants MDR! dès fois que cette "gourgandine" ait l'idée d'aller danser avec des copines, fallait qu'on lui rappelle que son devoir était toujours présent..ah la la quelle époque!

piqkim 14/05/2014 19:06

Oups! à vrai dire , je me suis retrouvée aisément dans cette article et finalement je suis dans la mode des tendances vintages d'actuel !!!! hi ! hi !
Merci pour cette article décalée mais adorable.

pamina 15/05/2014 12:15

oui, celle ci est "light" par rapport à une réponse de "courrier des lecteurs" dans laquelle une femme se plaignait d'être maltraitée par son mari : réponse de la rédaction de l'époque " patience chère petite amie, pensez à vos enfants, redoublez d'attention envers lui, il finira bien par devenir l'homme que vous avez connu" il faut que je retrouve cette pépite de stupidité pour vous la faire lire.

Monique 14/05/2014 18:52

Haha Pamina je fais aussi partie de ces femmes qui croyaient bien faire en cocoonant l'homme de sa vie....j'ai vite déchanté et aujourd'hui je m'étonne de tout ce que Monsieur sait faire...tout seul.... eh oui faut pas pousser mémé dans les orties.....mdr...
Bisouuuuuuuuuuuus

pamina 15/05/2014 12:13

on croit toujours bien faire, nous ne sommes que des humains. si encore les maris en ont de la reconnaissance, on n'a pas tout perdu.

margueriterite 14/05/2014 18:35

J'hallucine ... trèstrès grâââve ... nan mais attend quoi ... "la gratitude vous l'ordonne" ... j'ai beau me pincer, j'arrive pas à y croire. Et j'ai pourtant largement l'âge d'être grand-mère, je ne suis pas une jeunette qui doit être écroulée de rire en lisant ça. J'ai échappé au pire !

pamina 15/05/2014 12:12

Je suis grand-mère, et c'est en tant que tel que je mesure quand même l'évolution sensible qui s'est faite de ce côté là, on voit des hommes dans les supermarchés, qui font la cuisine etc..à l'époque, ils se seraient sentis deshonnorés de faire des trucs de "bonne femme"

Marie 14/05/2014 17:49

et oui, cela permet de se rendre compte que il y a peu de temps, nous n'étions pas des "humains" à part entière, juste la femme de l'homme.... Pour mémoire :
1965 : réforme des régimes matrimoniaux : les femmes peuvent exercer un travail sans l'autorisation de leur mari et bénéficier des avantages sociaux
Ce n'est pas si vieux que ça !!!! Merci Pamina pour ces "perles" ! Personnellement, j'ai la chance d'avoir un époux qui a toujours été présent pour m'aider avec les enfants et la maison, c'est moi qui ai tendance à le "cocooner".

pamina 15/05/2014 12:11

on leur donnait de mauvaises habitudes, ils avaient vu leurs mères agir de même avec leur père. A cette époque, on ne se posait pas trop de questions.

Isabelle 14/05/2014 17:35

Comme Béa: Est-ce que cela a vraiment changé? J'ai la chance d'avoir un mari nouvelle génération (mais qui parfois, allez savoir pourquoi, joue les "maris cocoonés") mais je sais que toutes n'ont pas cette chance.
Ouf nous avons quand même échappé au plus gros (enfin peut-être, hein dites: on y a échappé?)
Bonne soirée

pamina 15/05/2014 12:09

je crois tout de même qu'ils ne sont plus chouchoutés à ce point là. je sais que le mien, çà l'énerverait plutôt que je le "traite" ainsi. quant aux femmes, c'était leur sort, préparées qu'elles étaient depuis toutes petites à leurs rôles de femmes et de mère. hors cela, point de salut

sabri34 14/05/2014 16:28

hi,hi,je me gausse!!!bn que celà ne m'atteigne ps vraiment vu que je vis sans homme,cette page m'a bn ft rigoler et en méme temps j'étais outrée!!!!!pauvres hommes,ptites choses fragiles et délicates,que ces dames d'antan choutoutaient allégrement,quelle honte,alors qu'elles avaient déjà tant à faire!!!ms c'était 1 autre époque me direz vous!!!!!bien que les temps ont bn changés,ces messiers sont tjrs aussi perdus sans lrs femmes et pourquoi,parce qu'à part leurs boulots ,bn souvent aucuns ne lévent le pti doigt à la maison,bn au contraire,il faut tt ramasser derriére eux là plus part du temps!!!!! cr la plus part d'entres eux sont bordéliques,excuse moi du mot!!!!! ms les nanas d'auj,les ont mis au pli,et bpc partagent les taches(ménage,cuisine,enfants) à la maison sinon,tot ou tard,il ya de l'eau dans le gaz ou bien ses dames vont voir ailleurs hélas!!!!!!pr contre ce qui n'a guére changer,c'est lorsqu'ils sont malades ou ont 1 pti bobo,ils se voient déjà au seuil du paradis et en rajoutent des tonnes,!!!!et sans les femmes ils sont perdus!!!!!!comme quoi,bn que rien ne soit pareil,il faut tjrs s'en occuper,cr les mecs sont tjrs aussi chochotes ou mal embouchés,,,,,,,,,pr ma part ,tout çà est loin derriére moi,,,,bn entendu je vais me fr 1 plaisir de fr lire çà à mes copines,qui vont ttes se bidonner et n'en reviendront pas!!!!!!merci pr ce partage ma doucette,j'espére tt va bien,pas mal occupée dps quelques temps!!!!!t'envoie 1 mail dés que poss,,,,,,portes toi bien,,,,affectueux poutoux

pamina 15/05/2014 12:08

la liberté ? y a rien de tel! - lol -

filsenliberte 14/05/2014 16:12

On croit rêver !!!! ...
....quoique .... nous on ne s'en vante pas, mais on fait ce que dit l'article!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! quand je partais pour une semaine de déplacement à l'étranger, je cuisinais tout le we pour qu'il ait ses petits plats préférés et variés à portée de mains .... jusqu'au jour où il s'est vanté au cours d'un diner de "ne manger que des restes" !!!!! j'ai mis du temps à accepter de me reposer avant une semaine de déplacement ... il est toujours vivant !!!!! .... amitiés empathiques à toutes celles qui se reconnaitront .... Elizabeth

pamina 15/05/2014 12:07

Le mien s'est toujours très bien débrouillé tout seul. Je crois que je n'aurais pas aimé avoir un mari qu'il faut chouchouter comme ça, je crois que mon orgueil féminin en aurait pris un coup ( l'épouse n'est pas une bonne à tout faire). bisous

Béa de Belgique 14/05/2014 15:40

Est ce que cela à vraiment changé fondamentalement?

pamina 15/05/2014 12:04

Je crois que les maris, dans l'ensemble, sont plus débrouillards qu'avant, certains font -très bien- la cuisine, chose impensable à l'époque. ça a quand même évolué un peu. bisous

nonette 14/05/2014 15:08

houlala ! ça va nous faire jazer !

pamina 15/05/2014 12:03

c'est étudié pour.....lol

Estelle* 14/05/2014 14:26

c'est, comment dire?, .................................. hallucinant!!! Quelle chance nous avons de vivre à notre époque! Merci pour le partage, je pense que je vais aussi le partager avec mes amies :-)

pamina 15/05/2014 12:03

beaucoup de femmes trouvaient cela normal à l'époque. Je me demande si cela suffisait pour retenir un mari..