Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Au siècle dernier : les enfants esclaves.

Une petite bonne de..8 ans

C’est au siècle dernier, en 1912 que ma grand-mère, âgée de 8 ans s’est retrouvée « placée chez les autres » comme on disait à l’époque.

3ème enfant, et fille de surcroit, d’une famille qui devait en  comporter 11, ses parents, comme tant d’autres à l’époque, la placèrent « chez les bourgeois » autre expression de l’époque pour désigner les propriétaires des grosses fermes qui n’hésitaient pas à prendre à leur service des enfants qu’ils ne payaient pas ,ou mal, mais qu’ils nourrissaient là encore, peu ou mal, mais la conscience tranquille , ils  soulageaient  les familles d'  « une bouche  à nourrir ».

Mes arrières grand-  parents habitaient une petite maison en plein bois,  située en Touraine, mon arrière grand père était bûcheron, et sa femme restait à la maison. Ce sont eux dont la photo illustre mon article sur les tabliers.

Comme tant d’autres donc, ma grand-mère se trouve placée à quelques villages de là, d’abord pour garder les vaches dans les champs, puis les oies, elle rentrait le soir faire la soupe et couchait avec les bêtes.

 Il arrivait à ces familles de nantis de  se prêter leur personnel, comme on faisait pour le cheval de labour,  et c’est ainsi qu’elle atterrit un (mauvais) jour chez les H…(ce n’est pas l’envie qui me manque de citer le nom de ces négriers, mais leurs descendants n’y sont pour rien.), et là, malgré un travail harassant pour une gamine de 8 ans, elle « crevait » littéralement de faim.

Une nuit, tiraillée par la faim, couchant dans l’étable avec son frère employé lui aussi, ils mirent au point tous les deux une expédition nocturne pour aller voler des pommes dans le champs, l’opération réussit,  se répéta bien des fois..Je ne sais  pas, ou plus, si « le patron » s’aperçut de ces larcins répétés, - il était, disait-elle tellement rapiat qu'il était foutu de les avoir comptées-  mais je me souviens qu’elle me disait avoir culpabilisé  énormément car ils avaient « volé », et çà, dans une famille chrétienne, et dans l’esprit d’une enfant de 8 ans, c’est un poids terrible.

Lorsque je l’ai questionnée sur son enfance dans les années 70, cette anecdote là est venue en premier, la plus douloureuse sans doute., la moins digérée.

Ces états de faits sont difficilement imaginables, et pourtant je puis vous certifier que c’est la pure vérité, ses autres frères et sœurs ne furent pas mieux lotis, seuls les derniers ont eu la chance d’aller à l’école jusqu’au fameux certif’..

 

Si cette petite anecdote vous  a plu, je vous en raconterai d’autres, tantôt  cocasses tantôt lamentables.

Bon week-end à toutes ,
coucou mamy

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Pamina


Voir le profil de Pamina sur le portail Overblog

Commenter cet article

Yanick 03/12/2010 22:39



j'y crois oui, hier, et impensable à ce jour


Merci



Pamina 04/12/2010 17:15



Mais de rien et bravo pour votre site, le vieux Paris est toujours intéressant..je reviendrai plus longuement me balader sur votre blog!



Doudounours 05/03/2010 15:48


Bonjour,
j'ai aimé lire vos histoires d'un autre temps.
mes grands-parents avaient une bonne aussi très jeune, de l'âge de leurs filles. Elle travaillait dûr, comme les filles de la maison aussi. Mon grand-père était pasteur. Mais cette jeune fille a
été traitée comme les autres et aujourd'hui encore fait partie intégrante de la famille. Elle nous considère comme les siens.
la vie à l'époque était très difficile, pour les enfants comme pour les adultes. c'était effectivement un autre temps. malgré tout, il y a des souvenirs de rires et d'amour. et aussi beaucoup
d'histoires d'entraide entre familles et voisins.
aujourd'hui encore, certaines familles, certains enfants souffrent à côté de nous et nous les fréquentons sans savoir.
nos enfants ne doivent certes plus travailler dans les champs mais doivent vivre dans une sacrée jungle malgré tout. la société ne sera jamais facile.
espérons qu'ils ne connaitront jamais la faim, la misère et la guerre...
merci encore de partager ces moments d'histoire familiale.


abeille 02/01/2010 10:07


J'ai découvert il y a peu ton blog dont l'esprit et les ouvrages me plaisent beaucoup.
Je suis Champenoise , et je crois qu'en effet les enfants de jadis étaient bien mal traités . Mon arrière grand-père , que j'ai connu car il est mort à 102 ans, nous racontait , qu'orphelin de mère
, il avait été "placé" à 9 ans dans une ferme . Il était corvéable à merci , mal nourri ce qui fait qu'il est resté très petit . Il devait monté sur une borne pour atteler les chevaux . Il a appris
à lire après son mariage grâce aux cours pour adulte donné à la Bourse du Travail ...
Ces temps ne sont pas si lointains...
amitiés
abeille


Pamina 02/01/2010 13:52


Merci Abeille, tout comme ma grand mère qui avait honte d'être presque illettrée elle apprenait à lire et à écrire quand  ses filles (ma tante et ma mère) faisaient leurs devoirs..ça m'émeut
encore.
merci de ton intérêt pour mon blog.coucou à ton papy.


jojo 20/11/2009 12:48


c est vrai ma grande que les enfants autrefois etaient exploites et ça revolte de voir ça meme si de nos jours dans certains pays meme en france ça se reproduit je deteste ces personnes qui
sont veules bises ma belle


Pamina 21/11/2009 12:59


et moi donc.!.je crois qu'en face de quelqu'un comme çà, la bête se réveillerait en moi  et je serais peut être capable du pire..


sand 15/11/2009 08:43


a l'epoque de l'enfant "roi" cela donne areflechir ....


Pamina 15/11/2009 22:37


oh que oui! on passe d'un extrème à l'autre!


mclaire 14/11/2009 23:15


Oui, je connais aussi ces histoire , la vie de ma mère n'a pas été très gaie non plus, orphelinat chez les "gentilles soeurs", bain glacé pour punir etc....


Pamina 15/11/2009 22:42


ah les "bonnes"soeurs! ces femmes en mal d'hommes en ont fait du mal! l'une d'elle m'a cogné la tête contre un mur car j'avais écrit la foi avec un "e"..elle m'a traumatisée ..des refoulées oui!!


gigi 43 14/11/2009 21:48


c'est émouvant et révoltant . ma grand mére partie le 28/08/09 à 96 ans rejoindre  ma maman et 3 de ses  autres  enfants ont vécu  aussi une" vie" dur et rien ne lui a été
épargné juqu'a suvivre à ses enfants. mais ils y avait dans leur famille beaucoup d'amour et de solidarité. merci de m'avoir fait penser à eux ce soir.j'ai moi aussi dans ma mémoire "leur
souvenir d'injustice" qui m'a forgé un caractére insoumis (un mental de résistant  "grand corps malade").merci de votre partage sur l'ensemble du blog découvert il a peu 


Pamina 15/11/2009 22:45


de rien Gigi, j'intercale des anecdotes entre mes tutos, comme ça il y en a un peu pour tous les goûts, on cherche un tuto et on lit une petite histoire..  la vie des enfants au siècle dernier
n'avait vraiment rien à voir avec les enfants rois de maintenant..,


oceanie67 14/11/2009 21:45


j ai entendu ces histoire splusieurs fois déjà
bizzz


Pamina 15/11/2009 22:46


oui malheureusement, c'était monnaie courante à l'époque..


Terlicoton 14/11/2009 14:01


Oui c'est vrai que la vie n'a pas toujours été ce quelle est
Merci pour ce pan de l'histoire de nos aïeux
Gros bisous
béa


Pamina 14/11/2009 14:53


oui, on se rend mieux compte du progrès qui a envahi nos vies.


natounet2311 14/11/2009 13:01


tres representative de la societe a cette epoque là!! ces annees là ne sont pas si loin de nous ; moi j'ai perdu ma maman en 62 , j'avais 7 ANS , placée dans une famille pour mon bien ainsi nque
mes freres et soeurs, j'ai vécu le calvaire jusqu'à ce que je parte au collège! je faisais tout pouyr etre collée au collège pour ne pas rentrer le we, c'etait en 1968/1970 et les assistantes
sociales étaient de service a cette époque.mais on ne voit que ce que l'on veut voir parfois! pas toujours facile d'être un enfant. AMITIES A TOI et tendres pensées pour ta grand mère et les grands
mères qui ont vécu ces evénemants.francoise


Pamina 14/11/2009 15:04


merci Françoise, je pensais avec Libellule du nord, ouvrir une communauté de témoignages où chaun pourrait raconter ses souvenirs, douloureux ou cocasses, mais représentatifs d'une société
tellement différente de celle de maintenant. J'imagine très bien la vie qui a pu être la tienne, quand j'ai lu ton mail cela m'a rappelé que quand j'étais en cp, une petite fille de ma classe avait
perdu sa maman. ça nous paraissait "pas possible" va savoir pourquoi!!


Casse-bonbec 14/11/2009 10:18


Eh oui, voilà comment la "légitime défense" pouvait tarauder de petites âmes honnêtes, poussées au vol par la faim. C'est honteux de faire des choses pareilles à des enfants (et même à des adultes,
d'allleurs !)

Bisous du samedi


Pamina 14/11/2009 15:06


merci casse-bonbec, et encore, ma grand mère n'a pas eu à subir les"assauts"e son patron, ça aussi ça arrivait souvent : le droit de cuissage faisait partie du boulot. quelle époque!! y'en a eu des
gamins sans père dans ces années là!


libellule-du-nord 14/11/2009 08:42


Merci Pamina de ton partage. Cette histoire est malheureusement bien commune à d'autres familles. Un peu différente peut-être. et si dans d'autres familles, les enfants ne mouraient pas
de faim et si ce n'était pas une ferme, c'était des militaires qui prirent chez eux une enfant orpheline de mère, son père s'étant remarié. Et mon arrière grand-mère eut ma grand-mère à 17 ans
! ma grande-tante à 18 ans, elle se maria tout de même avec le fils de la maison après la naissance de sa seconde fille. Elle eut 5 enfants et mouru à 27 ans !   Sans doute épuisée.